CIT Com

Posts Tagged ‘sociologie

Il existe une tendance universelle à se vêtir. Le vêtement condense en effet de nombreux enjeux identitaires et culturels spécifiques dans la mesure où il rend visibles les aspects immatériels de l’organisation sociale et de l’univers symbolique. Plus précisément, la manière de se vêtir est à la fois conformité et distance par rapport à un même code.

Lipovetsky va jusqu’à remettre en question la notion de distinction sociale établie par Bourdieu, comme il l’écrit :

« Dans l’histoire de la mode, ce sont les valeurs et les significations culturelles modernes dignifiant en particulier Le Nouveau et l’expression de l’individualité humaine qui ont exercé un rôle prépondérant ».
Le rôle de signifiant et de signifié du vêtement est donc un objet d’étude fort pertinent dans un champ disciplinaire interculturel et terminologique, les groupes sociaux se désignant parfois eux-mêmes et entre eux par des termes reliés à leur habillement et à leur apparence (gothiques, punks, racailles, etc).

Le vêtement : un signifiant et un signifié pour la sociologie

Nous étudions le vêtement en tant que signifiant particulier d’un signifié général. C’est une expression individuelle et collective d’une structure et d’un atmosphère culturelles et sociales.
Nous nous appuyons sur le remarquable travail de Barthes, Histoire et sociologie du Vêtement, incontournable pour notre sujet. Afin d’appréhender les quatre termes clefs mentionnés plus haut comme ensemble notionnel cohérent, nous commencerons par approfondir les termes génériques de vêtement et de costume.

Une distinction sémantique s’est établie entre ces deux termes, en attribuant à vêtement les faits de protection et à costume les faits de parure. Barthes qualifie cette dichotomie « d’illusion psychologique », laquelle consiste à faire croire que le vêtement correspond à la somme d’instincts individuels. C’est cette illusion du passage de la protection à la parure que la sociologie se propose de dépasser. Ce qui est particulièrement pertinent pour nous, c’est de penser la « tendance de toute couverture corporelle à s’insérer dans un système formel organisé, normatif, consacré par la société ».
En suivant ce raisonnement, nous en concluons que le costume est d’ordre axiologique qui diffère selon la culture concernée, « à la fois système et histoire, acte individuel et institution collective ».

Cette formulation du problème intéresse d’autant plus des linguistes travaillant la différence du traitement éditorial qu’elle est construite en parallèle au concept de langage. Langage et costume, comme structures complètes constituées par un réseau de normes et de formes, sont ainsi pensés parallèlement, donnant à notre sujet une ampleur et une pertinence propices au traitement culturellement marqué de l’information sur des interfaces graphiques.

Pour aller plus loin :
Barthes Roland, Histoire et sociologie du Vêtement. In: Annales. Économies, Sociétés, Civilisations. 12e année, N. 3, 1957


juillet 2017
L M M J V S D
« Mar    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930
31