CIT Com

Posts Tagged ‘russe


 « Dis-moi d’où tu viens, je te dirai ce que tu penses ». Quelle affirmation présomptueuse! Qui heureusement n’est pas avérée. Cependant, on pourrait seulement changer un mot et parvenir à une observation qui d’un coup semble bien plus pertinente : “Dis-moi d’où tu viens, je te dirai comment tu penses ».

 

Toute culture est une sorte de « tube de colle qui permet de souder un groupe social » ( l’expression est employée par Marieke de Mooij dans son livre Global Marketing and Advertising : Understanding Cultural Paradoxes). Toute culture est une piste sur laquelle chaque individu va pouvoir danser.

Les schémas de pensée et des façons de réfléchir vont bien souvent être communs au sein d’une culture et bien entendu varier d’une culture à l’autre. Il existe plusieurs types d’approches intellectuelles :

Le type gallique, à la française. C’est celui de Descartes et de tous les grands penseurs français, qui produisent du concept destines à devenir les cadres dans lesquels vont s’articuler la réflexion de leurs semblables. La théorie et les principes font office d’autorité supérieure à laquelle les français pourront se référer lorsqu’ils souhaitent démontrer quelque chose.

Le type teuton, qui a généré un nombre impressionnants de grands penseurs allemands (Hegel, Kant, Heidegger, Nietzsche, Marx, Freud, Goethe, Schopenhauer…) qui fonctionnent par déduction de ce qu’ils observent.

The type saxon exige des preuves et du concret, un peu à la manière de Saint Thomas face à la résurrection du Christ. Un fait est un fait et ne peut pas être discuté.

The style nippon, qui s’attache plus à l’impression générale que l’on a des choses, aux sentiments qu’on éprouve. Au Japon, la logique a moins de valeur qu’en France ou qu’aux Etats-Unis. Les Japonais, tout comme les Saoudiens, se fient à leurs instincts et à leur intuition.

Attention cependant : on aura raison d’objecter que Kant, par exemple, bien qu’il soit allemand, était un spécialiste des concepts théoriques abstraits et que Descartes, avec son “je pense donc je suis”, s’est impose en maître de la déduction. Cette théorie des façons de réfléchir ne doit donc pas être généralisée à tous les individus.

Cependant on remarquera tout de même que les Américains ont une tendance marquée à demander des faits et des preuves concrets lorsque l’on cherche à leur démontrer quelque chose. Le terme « accumulation » apparaît énormément dans les ouvrages américains : un indice intéressant de la façon dont les Etats-Unis quantifient même les choses abstraites comme la connaissance ou la compétence.

Pour les Asiatiques, contrairement aux occidentaux et à leur système de déduction en chaîne fondé sur des faits avérés, A peut mener à B mais B peut également mener à Z qui peut également mener à B : chaque chose du monde est interdépendante.

 

Dans les écoles occidentales, l’analyse critique et la déduction sont vivement stimulées et encourages. En Asie en revanche, on fera plutôt appel à la mémoire des élèves dans le processus d’apprentissage. Il serait intéressant de postuler que ce système d’apprentissage par la mémorisation soit une des raisons pour lesquelles les Asiatiques ont une telle capacité à associer faits et événements de façon totalement libre, sans se cantonner à une structure logique à l’occidentale.

Pour conclure cet article, une observation qui nous est venue quant à la langue russe. Cette dernière emploie beaucoup la forme négative. Ne vous étonnez pas si vous entendez un Russe vous expliquer calmement qu’il “n’y aura jamais aucun événement catastrophique en 2012 car nous n’avons jamais pas pu constater le contraire.” Etonnant, non? Cette structuration de la grammaire a une influence sur la façon de penser des Russes, ce qui explique la singularité de la pensée de certains écrivains et penseurs russophones. Mais bien sûr, on pourrait également dire que c’est la mentalité russe qui est à l’origine de cette grammaire si particulière (la Russie a rarement connu la paix et en temps de confit, il faut savoir dire non…).

Deux articles intéressants :

La négation en russe

La programmation mentale selon les pays

Un ouvrage sur le sujet : Cultures et modes de pensées, l’esprit humain dans ses oeuvres (Jerome Bruner)

Publicités

novembre 2017
L M M J V S D
« Mar    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930