CIT Com

Posts Tagged ‘lumières

Qui a-t-il de plus nombreux que les stations de Métro à Paris ?  Ne cherchez pas,  il s’agit des cafés tout simplement.   Il faut dire que son apparition dans la capitale ne date pas d’hier…

Un long passé derrière lui…  

C’est au XVIIème siècle et plus précisément en 1674 qu’apparaît le premier café parisien, rue de Tournon puis rue de l’Ancienne Comédie sous le nom de Café Procope. Lassé des cabarets pleins d’ivrognes qui remplissaient le Paris de l’époque, Francesco Procopio voulu créer en ce lieu un endroit pour les gentilshommes et intellectuels de son temps où le café élèverait leurs esprits et stimuleraient leurs conversations. Dès lors, le café est devenu un phénomène à la mode et en 1700 on en comptait déjà 300 dans la capitale. Le Procope quant à lui restera l’illustration même du café littéraire où se côtoient les philosophes des Lumières, de Diderot à Voltaire en passant par Rousseau et Montesquieu. Cet illustre lieu existe encore sous les traits d’un restaurant gastronomique.

 « Ce café avait une arrière chambre, aujourd’hui historique. C’était là que se rencontraient parfois à peu près secrètement des hommes tellement puissants et tellement surveillés qu’ils hésitaient à se parler en public. C’était là qu’avait été échangé, le 23 octobre 1792, un fameux baiser entre la Montagne et la Gironde…» Victor Hugo, Quatre-vingt Treize

 Un peu plus de deux siècles plus tard, ce sont les artistes, peintres et poètes bohèmes, célèbres écrivains déchus de tous les horizons viennent échanger leurs idées et refaire le monde dans ces mêmes lieux.  Aujourd’hui encore, plusieurs de ces cafés perpétuent cette tradition artistique et littéraire par le biais de prix littéraires.

Des défilés à tous les coins de rue

 L’une des caractéristiques spécifiques du café parisien réside dans sa terrasse. Comme pour assister à un défilé, les chaises sont disposées face à la rue de telle sorte que les clients peuvent voir les passants et que les passants peuvent voir les clients assis. Plus qu’une habitude française, c’est bien à Paris que ce phénomène est le plus présent.

Mais pourquoi est-il si Frenchy ?  

Vous l’aurez compris, le çafé parisien n’est pas un lieu comme les autres. Il est le témoin de l’histoire, la mémoire encore vivante de la richesse culturelle nationale. Lieu de rencontre et de convivialité pour certains, lieu de débat et questionnement pour d’autres. Ce qui est sûr c’est qu’un Parisien se sentirait bien perdu sans son café du coin. Les cafés sont devenus en effet des lieux représentatifs de l’identité nationale qu’il ne faut surtout pas oublier de visiter !

Pour en connaître plus sur l’histoire des cafés et bistrots, cliquez ici.

Les adresses des grands classiques :

Le Procope : 13, Rue de l’Ancienne Comédie, 75006 Paris. Metro Odéon.

Le Café de Flore : 172 Boulevard Saint-Germain, 75006 Paris. Metro Saint-Germain-des-Prés.

Les Deux Magots : 6 Place Saint-Germain des Prés, 75006 Paris. Metro Saint-Germain des Prés.

Un café pour cinéphile :

– Café des Deux Moulins à Montmartre pour revisiter Amélie Poulain : 15 Rue Lepic, 75018 Paris. Metro Blanche.

Un café atypique venu d’Orient :

– Café Maure de la Mosquée de Paris : 39 Rue Geoffroy Saint-Hilaire, 75005 Paris. Metro Censier-Daubenton.

Pour trouver d’autres cafés dans Paris,  cliquez ici.

Article de Camapima Adagpavi

Publicités

1er décembre !

La première case du calendrier de l’Avent est ouverte, Noël approche et tout autour du globe les nuits s’embrasent. Tandis que les Lyonnais se préparent pour le 8 décembre et qu’en Allemagne « les rues s’illuminent« , à l’autre bout du monde les jardins australiens s’éclairent de mille feux. En effet, certaines villes comme celle de Perth encouragent la décoration des jardins et des maisons en organisant des concours des plus beaux ornements de Noël. Et la concurrence est rude ! Le prix remporté par le gagnant lui permet… au moins de payer la facture d’électricité du mois de décembre. En effet, jusqu’à Noël jardins et demeures concourant restent éclairés une bonne partie de la nuit. Ce n’est sans doute pas très écologique, mais la magie de Noël est là. Pendant que les familles françaises sortent en ville admirer les illuminations, les familles australiennes se promènent de jardin en jardin admirer les décorations.  Si ces dernières ont une origine moins religieuses que celles de Lyon, pour le reste les thèmes sont semblables aux nôtres : flocons de neige, pères Noël, rennes, etc. Une tradition clairement venue de l’hémisphère nord, puisqu’en Australie, c’est l’été en cette période de fêtes.

Parmi les autres traditions importées d’Europe, on retrouve aussi le très britannique Christmas cake accompagné de crackers, ainsi que les retrouvailles entre amis du 26 décembre ou boxing day. Les pâtisseries de Noël sont souvent l’occasion de dévoiler les talents de chacun en matière de glaçage, de coloris et de biscuits décoratifs. Les crakers, eux, sont des sortes de pétards contenant de petits objets, des couronnes en papier, des cadeaux ou encore des blagues. Pour les craquer, chacun tient l’extrémité d’un cracker dans une main,  son voisin en tenant l’autre extrémité (on forme ainsi un cercle), puis tous tirent en même temps. Enfin, boxing day est un jour de liberté dont on profite pour faire les soldes, retrouver des amis, déguster les restes de Noël, offrir encore des cadeaux…

Mais s’il est une tradition bien australienne, ce sont les barbies (ou barbecues) sur la plage. Et oui, hémisphère sud oblige. La saison est propice aux sorties, aux baignades et aux barbecues plus qu’au vin chaud au coin du feu.

Juste pour le plaisir, une petite blague sortie d’un cracker : how do you call a rein-deer with no eye?

…No-eye deer (no idea)!

Et Merry Christmas à tous !

« Oh! Jingle bells, jingle bells, jingle all the way,
Christmas in Australia on a scorching summers day, Hey!
Jingle bells, jingle bells, Christmas time is beaut !,
Oh what fun it is to ride in a rusty Holden Ute. »

Palmier de Noël

Palmier de Noël

Focus : la Fête des Lumières à Lyon

La Fête des Lumières à Lyon a lieu chaque année le 8 décembre depuis 1852. A cette époque, les habitants de la ville avaient choisi de placer des lumières à toutes les fenêtres pour célébrer la mise en place de la statue de la Vierge Marie sur la colline de Fourvière. Depuis, la fête a pris énormément d’ampleur. Elle représente une sorte de ralliement pour tous les Lyonnais et est l’occasion pour la ville d’inviter architectes, artistes, éclairagistes et bien d’autres à laisser s’exprimer leur talent pour mettre en valeur Lyon de manière spectaculaire, unique et toujours renouvelée.

Si vous souhaitez vous y rendre cette année, vous trouverez toutes les informations nécessaires sur le site de la Fête des Lumières 2011.

Quelques sites français pour en savoir plus :

La Fête des Lumières présentée sur le site de la ville de Lyon

Les illuminations de Noël dans Paris

Quelques sites en anglais pour en savoir plus :

Comment fête-on Noël en Australie ?

Comment confectionner des crackers ?

Quelques chants de Noël australiens…

Recettes de Christmas cakes pour gourmets et gourmands

Recettes de desserts de Noël australiens

En savoir plus sur le 26 décembre en Australie (boxing day)

Et une vidéo pour découvrir quelques jardins illuminés

Moan’Phisémy


septembre 2017
L M M J V S D
« Mar    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930