CIT Com

Posts Tagged ‘décoration

Si vous venez faire un tour à Paris, que ce soit pour des vacances, un déplacement professionnel ou pour y vivre, il est fort probable que vous ayez à prendre le métro.
Pourquoi ? Et bien parce que Paris a une superficie de plus de 100 km², que les taxis sont chers et désagréables (mais ça, c’est une autre histoire) et donc qu’à moins de vouloir rester dans le même quartier, il vous est impossible de faire Paris à pied.

L’histoire du métro de Paris commence au milieu du XIXe siècle lorsque la ville, de plus en plus paralysée par ses transports en surface, ressent le besoin d’être desservie différemment.
Pendant près d’un demi-siècle, plusieurs projets et débats vont ralentir la prise de décision mais à l’arrivée imminente de l’exposition universelle de 1900, Paris décide de mettre en place un réseau de métropolitain sous la direction de l’ingénieur Fulgence Bienvenüe. Sa toute première ligne, simplement désignée ligne 1, ouvre le 19 juillet 1900 et reliait à l’époque Porte de Vincennes à Porte Maillot, pour pouvoir desservir les Jeux Olympiques de 1900 au bois de Vincennes.

Aujourd’hui, le métro de Paris comporte 16 lignes qui totalisent 215 kilomètres, desservent plus de 300 stations et transporte 4,5 millions de passagers chaque jour. Évitez donc, si vous le pouvez, les heures de pointe, surtout si vous n’êtes pas friand de proximité. En effet, il est parfois difficile d’entrer dans les rames de certaines lignes, surchargées à ces heures-ci, et les parisiens n’hésitent pas à pousser et à se tasser pour pouvoir faire leur voyage.

Le métro de Paris, c’est aussi un style unifié de choix pris lors de sa conception, relevant généralement de l’Art nouveau et respectés dans les réalisations plus modernes ainsi que lors des rénovations. Certaines stations sont même pourvues d’une décoration thématique particulière.
Ainsi, à la station Louvre-Rivoli, la première de ce genre, vous pouvez admirer des copies de chefs-d’œuvre du musée du Louvre. Si cela vous intéresse, vous pouvez également jeter un œil aux stations Arts et Métiers, Bastille, Cluny-La Sorbonne, Hôtel de Ville, Parmentier, Pont Neuf et Tuileries.

Mais le métro de Paris a évidemment un prix : 1,70 euro le ticket simple (12,70 euros le carnet) qui permet un voyage en métro, RER dans Paris, en bus ou tramway. Attention, seules les correspondances métro/RER et bus/tramway sont possibles.  Par ailleurs, il existe également un forfait Paris visite qui permet un usage illimité du ticket pendant le nombre de jours choisis.
Tous ces tickets sont disponibles dans les stations du réseau et les commerces agréés (bar-tabac, points presse).
Pour les personnes désireuses de s’installer sur Paris,  des titres à la semaine, au mois et à l’année mais les conditions d’acquisitions sont différentes.

Cependant, ne soyez pas étonnés de voir des usagers s’employer à l’exercice physique de la fraude.
A Paris, il suffit d’entrer par la porte de sortie, de sauter par-dessus le tourniquet ou de se glisser derrière un usager, avec l’accord de celui-ci. De manière générale, les parisiens sont assez solidaires lors de ces pratiques mais sachez que des contrôleurs, réputés pour le costume vert, peuvent être présents à l’intérieur du métro. Dans ce cas- là, au nombre de dix et bouchant les issues, il est impossible de leur échapper !

Article de Camapima Adagpavi

Liens :

Site de la RATP – métro de Paris

Histoire du métro de Paris

Historique du métro parisien

Fraude dans le métro de Paris vs. métro de Berlin

Publicités

Qui a dit que les festivités de Noël étaient de tout repos ? Pour un Noël pas comme les autres, je vous emmène au pays des caribous, le Canada. Laissez-vous tenter par des célébrations de Noël qui bien que très proches des traditions françaises, sont également le mélange de plusieurs autres traditions étrangères (Irlande, Angleterre, Allemagne, etc.).

En plus des belles chorales qui s’entendent un peu partout dans les villes de cet Etat fédéral, Noël c’est aussi de belles décorations de maisons, de sapins et le partage des cadeaux. L’envoi de cartes de vœux est aussi l’un des rites empruntés aux autres cultures. Cependant, la tradition propre à la culture canadienne est le fait de s’échanger des cadeaux et de faire des dons pour Noël. Cette tradition est remplie de valeur et de sens autant pour la personne qui donne, que pour celle qui reçoit les cadeaux. Les cadeaux représentent en effet un symbole et témoignent de la joie et de l’amour des personnes qui vous font ce cadeau. Souvent de nombreux objets en décorations dans les maisons canadiennes sont d’anciens cadeaux de Noël.

Les célibataires canadiens ou étrangers seront heureux de passer Noël dans la région du Grand Nord canadien. Chaque hiver s’y déroule le festival « Sink Tuck ». Bien que la tradition de s’échanger des cadeaux reste, l’originalité des fêtes réside dans les nombreuses danses qui égaient la nuit jusqu’au petit matin. Des femmes célibataires peuvent  rencontrer des hommes célibataires. Cette coutume est conservée en l’honneur de Ste Catherine, sainte-patronne des femmes célibataires dans la région.

En Nouvelle-Ecosse par exemple, Noël est célébré en chantant, coutume héritée de la Grande-Bretagne. On y offre des cadeaux comme les « belsnickels » ou encore les « mummers » vous proposent pendant les fêtes de vous faire découvrir des chants datant de plus de 200 ans. Pour votre gouverne, les belsnickels sont à l’origine de petites figurines qui représentent des fermiers  et les mummers sont des mimes qui le jour de Noël portent un déguisement et sillonnent la région pour offrir des bonbons aux enfants.

Enfin, à Montréal, qui n’est pas moins attractive bien que plus connue, Noël est surtout marqué par la parade du Père Noël dans les centres commerciaux. Avant de retrouver leurs familles pour un repas convivial, les enfants peuvent d’abord aller admirer le char où le Père Noël se déplace.

Pour conclure, Noel au Canada est vraiment un moment à vivre, que l’on célèbre la fête religieuse ou que l’on souhaite simplement passer un bon moment de partage en famille.

Moan’Phisémy

Traditions canadiennes

Vidéo des mummers

Blog sur Noël au Canada

Dans de nombreux pays, impossible d’ignorer l’arrivée des fêtes de fin d’année ; les guirlandes lumineuses rivalisant de féérie couronnent les rues, les vitrines de magasins s’ornent de flocons de neiges, de reflets dorés, de paquets cadeaux et d’offres promotionnelles à n’en plus finir (« Pour un coffret acheté, le deuxième à moins 50% »).  En Allemagne, dès le début de l’Avent, il faut ajouter à cela l’apparition soudaine de petits villages illuminés ; les marchés de Noël, ou Weihnachtsmärkte en version originale, sont enfin là.

Une tradition vieille de 800 ans

Les premières évocations du marché de Noël remontent au XIIIème siècle. Bien allemands à l’origine, ces marchés avaient pour objectif de proposer aux habitants des villages les marchandises dont ils pourraient avoir besoin pendant la période hivernale. L’un des tous premiers marchés de Noël, et l’un des plus célèbres au monde aujourd’hui, est le marché de Noël de Nuremberg, qui dès le Moyen-Âge était installé devant les églises afin d’attirer les pratiquants à la sortie de la messe. Pour les artisans, c’était l’occasion d’acquérir une plus grande clientèle pour leurs produits. C’est au XIXème siècle que les marchés de Noël se sont réellement ancrés dans la vie des grandes villes et ont pris la forme que nous leur connaissons aujourd’hui, avec une offre plus clairement liée aux fêtes de fin d’année.

Mais leurs caractéristiques, en fin de compte, n’ont pas tant changé. Les marchés de Noël sont toujours le lieu où commerçants et artisans proposent divers produits régionaux, des bougies parfumées aux figurines de bois en passant par les bonnets tricotés, sans oublier bien sûr un large choix de jouets et de décorations de Noël.

Lebkuchen - Photo 5CIT

Paris : entre marché de Noël et marché… tout court

Les marchés de Noël, on connaît aussi en France ; j’ai récemment eu l’occasion de me promener dans les allées du marché de Noël de la Défense, le plus grand de la région parisienne. Le stand antillais (accras de morue, boudin antillais) côtoyait le stand de produits toulousains ; plus loin, des stands proposaient des produits de maquillage particulièrement bien représentés par leurs vendeuses ; un autre stand étalait des produits orientaux, des décorations d’intérieur aux narguilés ; plus loin encore, une vendeuse haranguait les passant d’une voix forte en vantant les mérites d’un gril révolutionnaire (« rien ne colle ! »). L’atmosphère était nettement plus cosmopolite et entre sacs de faux cuir, produits de beauté et plats exotiques, le mélange d’odeurs finissait par donner mal à la tête. La féérie de la Universitätsplatz, à Heidelberg, n’est donc pas toujours au rendez-vous sur les stands franciliens. A l’étranger, les marchés de Noël se sont en effet développés plus tardivement (autour du XVIIIème siècle) et selon un concept beaucoup plus commercial. Le marché de Strasbourg reste néanmoins une référence, même en Allemagne, et est connu comme le marché de Noël le plus réputé de France.

Sur la célèbre Marienplatz, à Munich, l’odeur du vin chaud se mêle à celle des saucisses grillées, des crêpes au chocolat et des irrésistibles Kartoffelpuffer, ces galettes de pomme de terre cuites à la poêle et dégustées avec de la compote de pomme. Au milieu des stands, une tasse de vin chaud à la main, on réalise qu’il n’est plus vraiment question d’attirer par tous les moyens des touristes et visiteurs frissonnant sous des températures hivernales ; les Weihnachtsmärkte sont bien plus l’occasion de partager au quotidien une bonne humeur et une convivialité dignes des plus belles fêtes de fin d’année.

Et en bonus, petit lexique allemand autour des incontournables du marché de Noël en Allemagne :

  • Glühwein : Vin chaud à base de vin rouge, de citron, de cannelle et de clou de girofle ; les enfants ne seront pas en reste car les stands proposent systématiquement du Kinderglüwein, une version sans alcool du vin chaud qui s’apparente à un thé fruité. Enfin, le Weißer Glühwein est fait quant à lui à base de vin blanc. Notez que vous aurez droit à une tasse customisée et unique (voir photo ci-contre), imaginée pour la ville dans laquelle vous vous trouvez et pour l’année en cours.
  • Kartoffelpuffer : galette de pomme de terre râpée, frite à la poêle et accompagné de compote de pommes. Mélange inattendu, mais réussi. En Bavière, ces galettes sont également désignées sous le nom de Raibadatchi !
  • Bratwürstchen : Le hot-dog version marché de Noël : sandwich à la saucisse grillée à garnir au choix avec une Currywurst (curry), une Bratwurst (porc ou veau), une Bockwurst/Weisswurst (porc et de veau assaisonnés), une Knackwurst (porc et bœuf)…
  • Lebkuchen : pain d’épices souvent décoré de petites phrases qui ne manqueront pas de plaire (voir photo)
  • Weinachtsplätzchen : petits gâteaux secs de Noël
  • Flammküche : la tarte flambée à la crème fraîche et aux lardons ; une spécialité alsacienne qu’on a toujours plaisir à retrouver sur les marchés de Noël allemands !
  • Feuerzangenbowle  ou Punsch: punch à base de jus de fruit et de rhum

 

Noël - Photo 5CIT

 

Liens : 

Un tour d’horizon des marchés de Noël allemands

Lexique allemand des « mots de Noël »

Un agenda des marchés de Noël en France, en Suisse et en Belgique

Recettes de vin chaud (en allemand)

Recettes de vin chaud (en français)

 

Sources :

Dein Weihnachten

Chefkoch

Saveurs du monde

 


novembre 2017
L M M J V S D
« Mar    
 12345
6789101112
13141516171819
20212223242526
27282930