CIT Com

Archive for the ‘Articles en Français’ Category

– Alors où part-on en week-end cette fois-ci ?

– Je te laisse deviner. Il s’agit d’une ville très cosmopolite, dotée d’un fort dynamisme économique et riche en musées et monuments culturels.

– Trop facile. C’est New York !

– New York! Non. (Avec accent québécois) Nous allons à Toronto.

– Toronto ?! Je ne pensais qu’elle avait toutes les caractéristiques que tu viens de citer.

– Tu rigoles ! Je te rappelle qu’il s’agit non seulement de la capitale de l’Ontario mais également de la plus grande ville du Canada et de la cinquième plus grande ville d’Amérique du Nord.

– Je te crois, je te crois. Mais qu’allons-nous donc y voir ?

-Pour commencer, afin d’avoir une vue d’ensemble de la ville, nous pouvons visiter la CN Tower. Avec 553 mètres de hauteur, cette tour autoportante est la plus haute du monde. Ensuite, si tu veux constater par toi-même le dynamisme économique de Toronto, nous pouvons visiter son centre-ville et son panorama de buildings de verre. En plus des banques, cabinets d’avocats et assurances qui sont légion dans cette zone, on peut y trouver des monuments notoires tels que les tours Toronto-Dominion Centre, réalisées par l’architecte Ludwig Mies van der Rohe, la Royal Bank Plaza, les tours jumelles de la BCE, la First Canadian Place et la Canadian Imperial Bank of Commerce.

– Wow !

– Je te l’avais dit, toi qui es un fan d’architecture, tu vas être servi.

– C’est sûr. Mais en ce qui concerne le shopping ?

– Pareil, on trouvera notre bonheur. La destination incontournable sera alors Yonge Street qui se trouve, avec 1,896 km de long, être la plus longue rue au monde ! Si on la remontait jusqu’au bout, on se retrouverait à la frontière entre l’Ontario et le Minnesota.

– Et en ce qui concerne les musées ?

– Là aussi, on sera servi. Tu n’as qu’à dire ce que tu veux voir. Si tu veux voir les sculptures d’Henri Moore et autres œuvres d’artistes canadiens et européens, la Art Gallery of Ontario nous attend. Si tu veux admirer des œuvres issues de civilisations telles que la Grèce antique, la Chine et l’Asie du sud, nous pourrons faire un saut au Royal Ontario Museum. Si au contraire tu préfères que l’on se concentre exclusivement sur l’art canadien, nous pouvons visiter la McMichael Canadian Art Collection. Si à l’art tu préfères les sciences, notre destination tout indiquée est le Centre des Sciences de l’Ontario qui s’efforce de simplifier l’explication des sciences. Ou sinon, si tu aimes les chaussures, alors nous devons faire un saut au  Bata Shoe Museum qui permet de voir le monde et l’histoire à travers les chaussures.

– C’est l’enfer. Il me tarde d’y être.

Moan’Phisémy

Pour plus d’informations, voici quelques liens intéressants en anglais et en français :

1) Toronto, ville cosmopolite (en français)

2) Une visite des monuments (en français)

3) Le climat de Toronto (en anglais)

Publicités

Après notre balade au bord du canal Saint Martin, il est temps de continuer notre petite promenade, mais cette fois-ci le long du bassin de la Villette et du canal de l’Ourq.

Le bassin de la Villette a été construit en 1808 sous Napoléon. Quant au canal de l’Ourcq, il a été construit au début du XIXème siècle dans le but d’alimenter Paris en eau potable. Il est désormais utilisé uniquement pour la voirie.

Le point de départ est la bouche du métro Stalingrad. C’est là que vous trouverez sous vos pieds l’inscription « les meilleurs souvenirs ne s’oublient jamais » comme un présage de l’agréable moment qui vous attend au bord de l’eau.

Vous êtes désormais au commencement du bassin. Les quais de la Seine et de la Loire grouillent de monde à l’heure de l’apéro et les nombreux bars/concerts du quartier, comme le 25º Est fortement recommandé les samedis, continuent les festivités jusqu’au bout de la nuit. Ces quais sont des lieux d’échange, de joie et de rencontres à toute heure. En été, c’est également un endroit prisé par les habitants du quartier et les étudiants où s’improvisent des picnics et dégustations de vin.

Plus loin, au numéro 55, la péniche Antipode a posé son ancre depuis maintenant dix ans au bord le quai de la Seine et propose de déguster un vin de saison ou cocktail pour un prix raisonnable sur sa terrasse flottante. Vous pourrez également quelques soirs y découvrir de nouveaux talents de la scène parisienne.

Les bords du bassin sont également prisés par les joueurs de pétanques du quartier que vous appercerez surement durant votre promenade.

Si la promenade vous pourrait un peu trop longue à pied, n’oubliez pas qu’à n’importe quel moment vous pouvez monter sur un Velib’ puisque de nombreuses bornes ont été installées au bord de l’eau à cet effet. De plus, cela vous permettra de pousuivre la promenade au canal de l’Ourq.

Si vous décidez de continuer, vous découvrirez le surprenant pont levant de la rue de Crimée ou encore appelé pont de Flandre, situé à l’intersection du bassin de la Villette et du canal de l’Ourq.


En remontant le canal, vous verrez non loin de là, caché sous un pont de métro, rive gauche, les ateliers insolites du collectif d’artistes connu sous le nom de La Vache Bleue (25 quai de l’Oise).

Il y a même un festival d’été organisé autours du canal de l’Ourq ainsi que le Quai Jazz Festival qui ravira les amateurs de jazz organisé tous les ans au mois de juin.

En somme, il y a de tout au bord de l’eau : du restaurant familial au magasin vintage, du bar éclectique aux espaces verts.

En été comme en hiver, ce coin plein de charme de Paris vous accueillera toujours les bras ouverts alors n’hésitez pas à y faire un tour !

Autres bonnes adresses :

Le BarOurq (68 quai de Loire) 

Le Bastringue (67 quai de la Seine)

Le Cafézoïde (92 bis quai de Loire) 

                                                                                                             Camapima Adagpavi

Il existe une tendance universelle à se vêtir. Le vêtement condense en effet de nombreux enjeux identitaires et culturels spécifiques dans la mesure où il rend visibles les aspects immatériels de l’organisation sociale et de l’univers symbolique. Plus précisément, la manière de se vêtir est à la fois conformité et distance par rapport à un même code.

Lipovetsky va jusqu’à remettre en question la notion de distinction sociale établie par Bourdieu, comme il l’écrit :

« Dans l’histoire de la mode, ce sont les valeurs et les significations culturelles modernes dignifiant en particulier Le Nouveau et l’expression de l’individualité humaine qui ont exercé un rôle prépondérant ».
Le rôle de signifiant et de signifié du vêtement est donc un objet d’étude fort pertinent dans un champ disciplinaire interculturel et terminologique, les groupes sociaux se désignant parfois eux-mêmes et entre eux par des termes reliés à leur habillement et à leur apparence (gothiques, punks, racailles, etc).

Le vêtement : un signifiant et un signifié pour la sociologie

Nous étudions le vêtement en tant que signifiant particulier d’un signifié général. C’est une expression individuelle et collective d’une structure et d’un atmosphère culturelles et sociales.
Nous nous appuyons sur le remarquable travail de Barthes, Histoire et sociologie du Vêtement, incontournable pour notre sujet. Afin d’appréhender les quatre termes clefs mentionnés plus haut comme ensemble notionnel cohérent, nous commencerons par approfondir les termes génériques de vêtement et de costume.

Une distinction sémantique s’est établie entre ces deux termes, en attribuant à vêtement les faits de protection et à costume les faits de parure. Barthes qualifie cette dichotomie « d’illusion psychologique », laquelle consiste à faire croire que le vêtement correspond à la somme d’instincts individuels. C’est cette illusion du passage de la protection à la parure que la sociologie se propose de dépasser. Ce qui est particulièrement pertinent pour nous, c’est de penser la « tendance de toute couverture corporelle à s’insérer dans un système formel organisé, normatif, consacré par la société ».
En suivant ce raisonnement, nous en concluons que le costume est d’ordre axiologique qui diffère selon la culture concernée, « à la fois système et histoire, acte individuel et institution collective ».

Cette formulation du problème intéresse d’autant plus des linguistes travaillant la différence du traitement éditorial qu’elle est construite en parallèle au concept de langage. Langage et costume, comme structures complètes constituées par un réseau de normes et de formes, sont ainsi pensés parallèlement, donnant à notre sujet une ampleur et une pertinence propices au traitement culturellement marqué de l’information sur des interfaces graphiques.

Pour aller plus loin :
Barthes Roland, Histoire et sociologie du Vêtement. In: Annales. Économies, Sociétés, Civilisations. 12e année, N. 3, 1957


 « Dis-moi d’où tu viens, je te dirai ce que tu penses ». Quelle affirmation présomptueuse! Qui heureusement n’est pas avérée. Cependant, on pourrait seulement changer un mot et parvenir à une observation qui d’un coup semble bien plus pertinente : “Dis-moi d’où tu viens, je te dirai comment tu penses ».

 

Toute culture est une sorte de « tube de colle qui permet de souder un groupe social » ( l’expression est employée par Marieke de Mooij dans son livre Global Marketing and Advertising : Understanding Cultural Paradoxes). Toute culture est une piste sur laquelle chaque individu va pouvoir danser.

Les schémas de pensée et des façons de réfléchir vont bien souvent être communs au sein d’une culture et bien entendu varier d’une culture à l’autre. Il existe plusieurs types d’approches intellectuelles :

Le type gallique, à la française. C’est celui de Descartes et de tous les grands penseurs français, qui produisent du concept destines à devenir les cadres dans lesquels vont s’articuler la réflexion de leurs semblables. La théorie et les principes font office d’autorité supérieure à laquelle les français pourront se référer lorsqu’ils souhaitent démontrer quelque chose.

Le type teuton, qui a généré un nombre impressionnants de grands penseurs allemands (Hegel, Kant, Heidegger, Nietzsche, Marx, Freud, Goethe, Schopenhauer…) qui fonctionnent par déduction de ce qu’ils observent.

The type saxon exige des preuves et du concret, un peu à la manière de Saint Thomas face à la résurrection du Christ. Un fait est un fait et ne peut pas être discuté.

The style nippon, qui s’attache plus à l’impression générale que l’on a des choses, aux sentiments qu’on éprouve. Au Japon, la logique a moins de valeur qu’en France ou qu’aux Etats-Unis. Les Japonais, tout comme les Saoudiens, se fient à leurs instincts et à leur intuition.

Attention cependant : on aura raison d’objecter que Kant, par exemple, bien qu’il soit allemand, était un spécialiste des concepts théoriques abstraits et que Descartes, avec son “je pense donc je suis”, s’est impose en maître de la déduction. Cette théorie des façons de réfléchir ne doit donc pas être généralisée à tous les individus.

Cependant on remarquera tout de même que les Américains ont une tendance marquée à demander des faits et des preuves concrets lorsque l’on cherche à leur démontrer quelque chose. Le terme « accumulation » apparaît énormément dans les ouvrages américains : un indice intéressant de la façon dont les Etats-Unis quantifient même les choses abstraites comme la connaissance ou la compétence.

Pour les Asiatiques, contrairement aux occidentaux et à leur système de déduction en chaîne fondé sur des faits avérés, A peut mener à B mais B peut également mener à Z qui peut également mener à B : chaque chose du monde est interdépendante.

 

Dans les écoles occidentales, l’analyse critique et la déduction sont vivement stimulées et encourages. En Asie en revanche, on fera plutôt appel à la mémoire des élèves dans le processus d’apprentissage. Il serait intéressant de postuler que ce système d’apprentissage par la mémorisation soit une des raisons pour lesquelles les Asiatiques ont une telle capacité à associer faits et événements de façon totalement libre, sans se cantonner à une structure logique à l’occidentale.

Pour conclure cet article, une observation qui nous est venue quant à la langue russe. Cette dernière emploie beaucoup la forme négative. Ne vous étonnez pas si vous entendez un Russe vous expliquer calmement qu’il “n’y aura jamais aucun événement catastrophique en 2012 car nous n’avons jamais pas pu constater le contraire.” Etonnant, non? Cette structuration de la grammaire a une influence sur la façon de penser des Russes, ce qui explique la singularité de la pensée de certains écrivains et penseurs russophones. Mais bien sûr, on pourrait également dire que c’est la mentalité russe qui est à l’origine de cette grammaire si particulière (la Russie a rarement connu la paix et en temps de confit, il faut savoir dire non…).

Deux articles intéressants :

La négation en russe

La programmation mentale selon les pays

Un ouvrage sur le sujet : Cultures et modes de pensées, l’esprit humain dans ses oeuvres (Jerome Bruner)

Les secteurs de la publicité et du marketing utilisent aujourd’hui les valeurs de leurs consommateurs, dans le but de différentier et de positionner les marques vis-à-vis de leurs concurrents. Que ce soit en termes de segmentation ou de positionnement, les valeurs sont au cœur de nombreux processus de décision. Si les valeurs des consommateurs et des équipes de marketing varient en fonction de leur culture d’appartenance, une stratégie de communication n’est efficace que dans le cas où les valeurs des uns et des autres sont en adéquation. En effet, un plan marketing réussi est un plan qui fait écho aux valeurs de ses consommateurs potentiels.

Ainsi, une marque solide est une marque dont les valeurs sont en adéquation avec celles de ses consommateurs. C’est là tout l’art du marketing : assortir chaque produit de valeurs spécifiques à la cible visée. La publicité est en réalité l’instrument qui permet au marketing d’atteindre ce but. En effet, associer chaque marque à un système de valeurs crée dans l’esprit des consommateurs des associations d’idées, qui les aide à distinguer les produits de leurs concurrents. Les valeurs associées à ces marques sont donc cruciales, en ce qu’elles offrent aux consommateurs des critères de choix et de comparaison.

Aujourd’hui, il semble pourtant que la tendance soit à considérer chaque consommateur comme la copie conforme de son voisin, indépendamment de la culture dont il est issu, ou de son origine. De plus, cette tendance est particulièrement répandue au sein des pays occidentaux, d’ors et déjà gagnés par l’influence américaine. Quelles sont donc les raisons qui poussent les professionnels du marketing et de la publicité à n’appliquer qu’une seule et unique stratégie de communication, quelle que soit l’identité culturelle du public visé ?

Une simple observation suffit à expliquer l’origine de cette méprise: partout dans le monde, les étudiants en marketing ou en publicité reçoivent les mêmes enseignements, basés sur les mêmes théories des valeurs. Ces méthodes de travail sont élaborées la plupart du temps par des auteurs américains, ou tout du moins occidentaux. Nous pouvons, à titre d’exemple, citer le système de classification des valeurs élaboré par le psychologue Rokeach : bien que les valeurs étudiées y soient des valeurs typiquement américaines, cette méthode est enseignée et appliquée dans le monde entier.

En réalité, les individus sont socialement déterminés par le groupe auquel ils appartiennent. Et, tout comme il n’y a pas de culture universelle, il n’existe pas non plus de valeurs universelles.  En effet, lorsque l’on cherche à les traduire vers d’autres langues, et donc au sein d’autres cultures, certaines valeurs peuvent perdre toute signification. Les valeurs des individus, tout comme celles des chercheurs, varient donc selon les cultures. Et s’il n’existe pas d’adéquation entre la culture ayant servi de modèle à une étude, et la culture du pays où cette méthode est appliquée, le plan de marketing est voué à l’échec.

Il est donc primordial de comprendre que les valeurs propres à une culture ne sont pas directement transposables à d’autres contextes. C’est pourquoi de nouvelles méthodes sont aujourd’hui en cours d’élaboration. Elles ont pour but d’aider les entreprises internationales à développer des produits commercialisables dans le monde entier, et dans le même temps à les différencier grâce à l’usage des valeurs centrales de chaque culture nationale.

Quelques articles en français pour en savoir plus :

Les grandes marques en campagne sur leurs valeurs

Les valeurs : éthique ou marketing ?

Quelques articles en anglais pour en savoir plus :

Steve Jobs lesson on marketing: Values and belief

What Is Values-Based Marketing?

Bibliographie :

Cultures et organisations, G. HOFSTEDE, Pearson Education

Le Marketing qualitatif, P. PELLEMANS, De Boeck Université

The Nature of human values, M. ROKEACH, Free Press

Global Marketing and Advertising : Understanding Cultural Paradoxes, Marieke de MOOIJ, Sage PublicationsCulture’s consequences: International differences in work-related values, G. HOFSTEDE, Sage Publications

Si on vous dit « allons faire une promenade au bord l’eau à Paris », vous pensez que l’on parle forcément de la Seine, n’est-ce pas ?

Contrairement à ce que l’on peut voir dans tous les guides touristiques, les promenades les plus charmantes de Paris ne sont pas celles que l’on vous propose à bord d’un bateau-mouche sur la Seine mais bien celles que vous pourrez découvrir au nord-est de Paris !

Le réseau des canaux parisiens, long de 130 kilomètres, est constitué du canal Saint Martin, du canal de l’Ourq, du bassin de la Vilette et du canal Saint Denis. Malgré sa longueur et le grand nombre de curiosités qui bordent ses berges, nous nous efforcerons de répertorier les lieux les plus intéressants pour votre plus grand plaisir !

Nous commencerons aujourd’hui par une petite promenade au bord du canal Saint Martin.

Construit au début du XIXème siècle, le canal Saint Martin traverse deux arrondissements de Paris : le 10ème et le 11ème arrondissements. Long de 4,5 kilomètres, ce site est classé monument historique depuis le 23 février 1993.

Notre promenade commence à l’écluse des Récollets, quai de Jemmapes sous les majestueux châtaigniers qui bordent le canal, au croisement de la rue du Faubourd du Temple et du boulevard Jules Ferry. L’écluse vous sera peut-être familière si vous avez vu le Fabuleux Destin d’Amélie Poulain puisque c’est là où Amélie s’amuse à compter les ricochets des cailloux.

Si l’idée vous enchante, vous trouverez rive gauche, au quai de Valmy, un sympathique lieu nommé Chez Prune où vous pourrez profiter en terrasse de la vue et du soleil en journée, à l’heure du petit-déjeuner, déjeuner ou simplement prendre un café dans une ambiance chaleureuse.

En traversant le canal au niveau de la rue de Lancy, vous pourrez admirer le célèbre décor de l’Hôtel du Nord, véritable cliché parisien porté à l’écran par Marcel Carné avec les acteurs Louis Louvet et Arletty en 1938.

À peine aurez-vous le temps de faire quelques pas de l’Hôtel du Nord que vos yeux ne pourront ignorer les trois locaux rose, vert et jaune investis par Antoine et Lili de l’autre côté du canal et vous y ferez une halte. Ne soyez d’ailleurs pas étonné si vous constatez de loin un attroupement au coin de rue suivant, au croisement entre la rue Lucien Sampaix et la rue des Récollets. Cet endroit est très souvent investis par de talentueux artistes, allant du clown de rue aux musiciens bohèmes comme Nadéah.

Un peu plus loin vous trouverez le Jardin Villemin où les places sont très prisées en été du fait du calme qu’il y règne et de son emplacement.

En continuant le long du canal vous passerez au niveau d’une nouvelle écluse rue Eugénie Varlin pour finalement terminer votre promenade au croisement du boulevard de la Villette et de l’avenue Jean Jaurès, métro Jaurès.

Il existe également des croisières touristiques mais il est conseillé de parcourir les berges du canal à pied, ce qui vous permettra de vous arrêter où bon vous semble. Ceci est d’autant plus agréable que dans le cadre de l’opération « Paris respire » organisée par la Mairie de Paris, les berges sont fermées à la circulation tous les dimanches et jours fériés de 10h00 à 20h00 du premier dimanche du mois d’avril au dernier dimanche du mois de septembre (heure d’été) et de 10 h à 18 h du premier dimanche du mois d’octobre au dernier dimanche du mois de mars (heure d’hiver).
Maintenant, il ne vous reste plus qu’à vous jeter à l’eau !

Camapima Adagpavi

Soyons clairs, la gastronomie allemande ne se résume aux saucisses et à la bière. Si vous êtes en Allemagne pour quelques jours et si vous décidez d’aller au restaurant, vous risquez de rester perplexe face au menu. Voici donc  une explication des incontournables de la gastronomie allemande. Qui sait, cela vous donnera peut-être envie de cuisiner « allemand » !

Les plats les plus connus

Les saucisses (Wurst, en allemand). Il en existe plus de 1500 variétés. Parmi elles, on peut nommer la «Rindswurst» (à la viande de bœuf), la « Leberwurst » (à base de foie ou de sang),  la «Weißwurst» à base de veau, que l’on fait bouillir, la « Bratwurst » (à base de porc et de veau), et les saucisses de différentes villes et régions telles que Nuremberg, Francfort ou de l’Etat libre de Thuringe.

La Currywurst (littéralement, saucisse au curry). Cette spécialité berlinoise est un plat qui se mange sur le pouce. Il s’agit de saucisses de porc chaudes, coupées en morceaux, accompagnées d’une sauce ketchup au curry. Elles  sont servies avec des frites ou du pain.

Les bretzels. Une sorte de pain poché dans une solution de bicarbonate de soude, en forme de nœud ou de bras entrelacés et recouvert d’éclats de gros sel.

La choucroute (Sauerkraut).  C’est un plat composé de chou finement coupé , soumis à lacto-fermentation dans une saumure. Il ne faut pas la confondre avec la choucroute garnie, accompagnée par exemple de saucisses et de pommes de terre, qui, elle, est alsacienne (si c’est celle-ci que vous voulez commander en Allemagne, il faudra parler de  garniertes Sauerkraut).

Ce qu’il faut savoir sur la bière

La bière est une véritable institution en Allemagne. De nombreux lieux et fêtes y sont consacrés , tels que les Biergärten, où s’installent les Allemands à l’arrivée des beaux jours, et les fêtes de la bière (l’Oktoberfest de Munich étant la plus connue). La fabrication de la bière perdure depuis le Moyen Age.

Blanche, brune ou blonde, il y en a pour tous les goûts, d’autant qu’il en existe aujourd’hui plus de 5 000 variétés.  Elles sont classées par densité, mais aussi par type : de basse fermentation (la Bock, la Dunkel, la Lager) ou de haute fermentation (la Berliner Weisse, la Weissbier).  La pils, bière blonde houblonnée, connait un immense succès – elle représente 70% du marché.

Les Imbiss

Les Imbiss sont des stands de vente de nourriture dans les  rues et peuvent également être de petits restaurants avec des places assises. C’est l’endroit  où l’on peut se restaurer rapidement, sans se ruiner, mais aussi se retrouver entre amis. On s’y régale de Currywurst, de Kebab, mais aussi de pizza et d’autres mets plus exotiques. Il y en a des milliers autour de Berlin. On en trouve aussi dans toute l’Allemagne. Chaque quartier a le sien.

Les spécialités allemandes  et autrichiennes

Les Knödel. Une spécialité autrichienne à l’origine, que l’on va retrouver surtout dans le Sud de l’Allemagne.  Ils sont constitués d’une pâte formée d’ingrédients variables (pain, pomme de terre ou semoule) et éventuellement fourrés, au lard ou au fromage par exemple. La pâte est façonnée en boules, qui sont cuites à l’eau bouillante. Ils peuvent être salés ou sucrés (aux prunes, par exemple).

Les Schnitzel.  Plat traditionnel autrichien constitué d’une fine tranche de viande enrobée de chapelure frit. Appelé Schnitzel Wiener Art en Allemagne, ce plat vient à l’origine d’Italie (de Milan).

Les Spätzle. Ils sont faits d’une pâte à base de farine, d’œufs, de sel et d’eau, que l’on fait bouillir.

Le Schweinebraten, soit « rôti de porc ». C’est l’un des plats gastronomique traditionnels de la cuisine bavaroise, servi avec une sauce de bière foncée. Lorsqu’il est servi chaud, il est généralement accompagné de chou rouge, de choucroute ou de salade de chou et de pain.

Les pâtisseries

La Schwarzwälder Kirschtorte (« forêt noire »). Cette génoise au cacao est fourrée de cerises au sirop et de crème chantilly. Elle est recouverte de copeaux de chocolat et de crème chantilly.

Le Lebkuchen. Sa texture est proche de celle du pain d’épices. C’est un biscuit traditionnel. Sont vendus en Allemagne de nombreux Lebkuchen en forme de cœur. Porteurs d’un message, ils sont à offrir ou servent à décorer.

Les Berliner. Ce sont des gros beignets fourrés à la confiture.

Le Stollen, ou encore Christstollen. Ce pain aux fruits secs et confits farci de pâte d’amande est consommé pendant la période de l’Avent. Il s’agit donc d’un gâteau de Noël. Cette tradition remonte au XIVème siècle.

L’Apfelstrudel.  Il s’agit d’une pâte feuilletée fine et fourrée de gros morceaux de pommes acidulées et de raisins secs. Le tout est accompagné de cannelle, et servi chaud avec de la crème fraîche. A l’origine, l’Apfelstrudel vient d’Autriche. On en déguste aussi en Alsace, dans le Nord de l’Italie, et en Europe Centrale.

Les différents repas en Allemagne

Traditionnellement, le petit déjeuner est salé puisqu’il se compose de charcuteries et de fromage.

Le repas du midi est généralement copieux, se compose de viande ou de saucisses, de pommes de terre et de légumes.

Le repas du soir est léger. C’est un repas froid, pris vers 18h et constitué de pain, de fromage et de charcuteries. Il ressemble donc au petit-déjeuner.

Quelques adresses « allemandes » à Paris 

  • Le Stube

Un snack allemand où vous pourrez déguster des spécialités allemandes sucrées et salées, sur place ou à emporter.

Prix : La Currywurst est à 4,90€, la choucroute à 9,50€.

31, rue de Richelieu 75001 Paris

http://www.lestube.fr/

  • Der Tante Emma-Laden

La seule épicerie de gastronomie et de tradition allemandes à Paris. Vous y trouverez un vaste assortiment de produits et spécialités d’Allemagne, d’Autriche, mais aussi des ouvrages thématiques sur l’Allemagne et une sélection de petits objets et d’accessoires de décoration. Il est possible de commander en ligne.

Marché de la Porte Saint Martin – 31/33 rue du Chateau d’eau – 75010 Paris

http://www.tante-emma-laden.fr/

  • Le Café Titon

Un café proposant un large choix de cocktails, où vous pourrez également grignoter une currywurst frites à 5,50€, accompagnée d’une bionade (limonade bio) à 3,90€. Ce café ravira les germanophiles parisiens : des événements et des soirées allemandes y sont souvent organisés.

34, rue titon
75011 PARIS

http://www.cafetiton.com/2008/11/concept.html:

Liens :

En savoir plus sur la bière en Allemagne

Cuisinez des recettes allemandes

Un article sur la gastronomie allemande (site Internet complet sur l’Allemagne)

La cuisine régionale en Allemagne (en anglais)


septembre 2017
L M M J V S D
« Mar    
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
252627282930