CIT Com

Archive for décembre 2011

Avant d’aller voir un match, il faut d’abord se procurer le précieux sésame qui vous permettra de franchir les portes du stade : le billet. Si en Angleterre, il est indispensable de passer par le marché noir pour dégoter des billets pour assister à un match d’une équipe du Big 5 (Manchester United, Liverpool, Arsenal, Chelsea et Manchester City), voire pour des matchs d’équipes plus modestes contre les équipes citées précédemment, cette tâche s’avère nettement plus simple en France. En effet, en achetant ses billets sur internet le jour de l’ouverture des locations ou en attendant patiemment devant les guichets du stade, il est la plupart du temps possible de trouver des billets, et ce même pour les plus grandes affiches du type Paris Saint Germain – Marseille ou Olympique Lyonnais – Lille.

En effet, il n’existe pas un stade en France où tous les sièges sont occupés par des abonnés à l’année et la fréquentation ainsi que le taux de remplissage des stades sont bien inférieurs à la moyenne anglaise. Cette fréquentation moindre est notamment due à la culture footballistique française, plus « suiveuse » que la culture anglaise. Il semblerait que le football en France ait été inventé en 1998, après la que l’équipe France a remporté la coupe du monde. Si le football en France n’avait pas suscité autant d’intérêt auparavant, c’est également en raison des piètres performances des clubs français en coupe d’Europe (1 seule Ligue des champions remportée par Marseille en 1993 et une seule Coupe des coupes gagnée par le Paris-Saint-Germain en 1996)  et du maigre palmarès de l’équipe nationale (un seul championnat d’Europe remporté en 1984). Il faut également ajouter que la France possède l’image d’une nation de « beautiful losers » en matière de football. Les clubs français ou l’équipe nationale sont souvent arrivés près du but, sans pour autant l’atteindre (se souvenir des finales de Coupe d’Europe perdues par Reims, Saint-Etienne, Marseille, Bordeaux, le Paris Saint-Germain, Monaco, Bastia mais également du grand « drame » du football français : France-RFA à Seville, en demi-finale de la coupe du monde 1982. Les français menaient 3 buts à 1 durant les prolongations avant de se voir rejoints et de finalement perdre la rencontre aux tirs au but). C’est pourquoi l’exploit de 1998 généré un engouement et un intérêt pour ce sport sans précédent. Intérêt qui a bien diminué depuis, en raison des déboires de l’équipe de France à l’Euro 2008 et à la coupe du monde 2010. Du coup, la fréquentation des stades s’en ressent énormément.

Le football en Angleterre occupe une place autrement particulière. Tout d’abord, ce sont les anglais qui ont codifié les règles de ce jeu. Ensuite l’Angleterre possède le plus vieux championnat du monde, crée au 19e siécle, la plus vieille compétition à élimination directe du monde (la FA Cup), la plus vieille fédération, la plus vieille sélection nationale et le plus vieux club de football professionnel : le Sheffield FC. Le palmarès de l’équipe nationale a beau être maigre (1 seule coupe du monde en 1966), celui des clubs est ahurissant. Pour se donner une idée, le club de Nottingham Forest a remporté à lui seul deux fois plus de Ligues des champions (appelée Coupe des champions à l’époque) que l’ensemble des clubs français. Last but not least, les anglais restent fidèles à leur équipe, qu’elle se trouve sur le toit de l’Europe ou dans les bas-fonds de la huitième division professionnelle.

En ce qui concerne le prix des places, force est de constater que l’écart est conséquent entre la France et l’Angleterre. Cette différence s’explique par la hausse des prix stratégiquement orchestrée dans le but de lutter contre le hooliganisme, qui a gangréné le football anglais, notamment durant les années 80. L’exemple le plus tragique de ce phénomène est le drame du Heysel, qui a eu lieu le 29 mai 1985. Ce jour-là, Liverpool affrontait la Juventus de Turin en finale de la coupe d’Europe des clubs champions et 39 personnes perdirent la vie après une charge des supporters anglais sur leurs homologues italiens. Dès lors, des mesures drastiques ont été prises, à commencer par une hausse significative du prix des billets afin de débarrasser les stades anglais des hooligans, en présumant que ces derniers appartenaient aux classes les plus modestes. C’est pourquoi il vous faudra débourser au minimum 35 Livres sterling (42 euros)  pour assister à un match de Premiership (l’équivalent de la L2 française) et 45 Livres  (54 euros) pour un match de Premier League (soit la L1 française).

En France, en revanche, nous n’avons pas encore assisté à de telles mesures  pour contrer le hooliganisme, bien que les interdictions de stade aient été instaurées depuis quelques années, et les prix sont donc bien plus abordables. Ainsi, si vous voulez aller voir un match, il vous faudra débourser au minimum 8 euros pour un match de L2 et 15 euros pour un match de Ligue 1. Cependant, en vue de l’organisation du Championnat d’Europe des Nations en 2016 par la France et en raison de la vague de construction et de rénovation des stades qui a suivi, il est évident que ces prix vont augmenter afin de permettre aux clubs et aux villes de rembourser les investissements entrepris.

Une fois la place achetée, vous pouvez entrer dans le stade. Et le spectacle dans les tribunes en France n’est pas le même qu’en Angleterre. En effet, les groupes de supporters français sont très largement influencés par le mouvement « ultra », qui provient des pays comme l’Italie ou la Grèce. Ainsi, ne soyez pas étonné de voir les supporters se servir de fumigènes (bien que leur utilisation soit interdite dans l’enceinte du stade) ou organiser ce que l’on appelle des tifos, qui sont des animations visuelles visant à montrer leur soutien au club qu’ils soutiennent. Ces tifos peuvent prendre la forme d’immenses banderoles, d’animations réalisées avec des feuilles de couleur ou par le jet de papier sur la pelouse. Dans la plupart des stades français, les groupes de supporters se trouvent dans les tribunes qui se trouvent derrière les buts (appelées virages selon la configuration des stades) et encouragent en général leur équipe pendant toute la durée du match. Ils restent debout contrairement aux autres spectateurs qui sont assis.

En Angleterre, du fait des restrictions instaurées pour lutter contre le hooliganisme, ce type d’activité est proscrit. En effet, le simple fait de lancer un papier sur la pelouse est rendu impossible depuis 1991 et l’entrée en vigueur du Football Offences Act. De plus, il est parfois même impossible aux supporters, comme c’est le cas à Villa Park, l’antre du Aston Villa FC, de rester debout (sauf bien évidemment quand un but est inscrit), et ce, afin d’éviter les débordements. Les supporters anglais se contentent donc de chanter en chœur à la gloire de leur équipe.

Enfin, s’il vous vient l’envie de vous désaltérer, il faut savoir qu’en France, la vente d’alcool n’est pas interdite dans les enceintes qui accueillent les rencontres de championnat. Le prix d’une bière est certes élevé, mais rien ne vous empêche de siroter votre mousse en regardant tranquillement le match. En Angleterre, la vente d’alcool est bannie dans la plupart des stades,  afin d’éviter bien entendu d’encourager les comportements violents de certains supporters. Si jamais il est possible de se procurer de l’alcool dans un stade, cela n’est possible qu’à la mi-temps d’un match, comme c’est le cas au sein de Villa Park ou de Saint-Andrews, qui abrite les rencontres du Birmingham City FC.

Le hooliganisme en Angleterre

Le football en Angleterre

Palmarès de la Ligue des Champions

Le hooliganisme dans le football

Drame du Heysel

France – RFA 1982:

Source : youtube

Exemples de tifo dans un stade français :

Source : youtube

Publicités

Why not celebrating New Year’s Eve in Spain?

Not only will it be an opportunity to celebrate the New Year’s Eve with friends but also to attend a great nationwide event.

In Spain, the 31st December’s evening, called the Nochevieja, is a unique event celebrated until dawn. In order to celebrate the New Year, the Spanish, with their relatives or between friends, finish their dinner with twelve grapes, eating one grape every time the clock strikes midnight. According to the Spanish tradition, the people being able to swallow the twelve grapes on time will enjoy a happy and prosperous year.

In many cities of the country, people will meet in front of a church or another symbolic place where a clock stands, in order to eat the grapes and to enjoy the end of the year.

However, the greatest symbol of this tradition is the Puerta del Sol, in Madrid. Every year, thousands of people will meet in front of the clock of this symbolic place to celebrate the New Year’s Eve. This event therefore becomes nationwide. The campanadas (when the clock strikes) of the Puerta del Sol are broadcast on TV throughout the country.

People will show a happy outburst and drink some cava, Catalonia’s sparkling wine. Then the streets are full of young people, music and cars that hoot their horn to celebrate the New Year.

But this is not the end of the celebration. The country’s bars, pubs and clubs open all night long and many hotels and restaurants organize special evenings including the dinner, the grapes and other activities.

So, if you do not have any plans for the New Year’s Eve or if you wish to celebrate it differently, do not hesitate!

Go to Spain!

Moan’Phisémy

Here are a few links for further reading in English and Spanish:

1) The origins of the Spanish New Year’s Eve (English)

2) Planning one’s New Year’s Eve in Spain (Spanish)

3) Going to the Puerta del Sol (Spanish)

New Year’s celebration in Madrid (in Spanish)

Et si vous fêtiez le Nouvel An en Espagne ?

Cet évènement sera non seulement l’occasion de participer à une soirée entre amis mais aussi d’assister à une véritable fête nationale.

En Espagne, la nuit du 31 décembre, appelée Nochevieja, est une fête originale qui se déroule jusqu’à l’aube. Pour célébrer la nouvelle année, que ce soit en famille ou entre amis, les Espagnols terminent leur dîner en avalant douze raisins c’est-à-dire, un raisin à chaque coup de minuit. Selon la tradition, tous ceux qui parviennent à les avaler à temps vivront une année heureuse et prospère.

Dans de nombreuses villes du pays, les gens se rendent devant une église ou un endroit emblématique où se situe l’horloge pour manger les douze raisins et vivre ensemble les dernières minutes de l’année.

Toutefois, un endroit symbolise particulièrement cette tradition : il s’agit de la Puerta del Sol, à Madrid. Des milliers de personnes se rassemblent chaque année devant l’horloge de cet endroit emblématique pour fêter le nouvel an et font de cet événement une grande fête nationale. Les campanadas (coups d’horloge) de la Puerta del Sol sont d’ailleurs retransmises en direct, à la télévision, dans tout le pays.

S’ensuit alors une véritable explosion de joie. Les Espagnols trinquent au cava, vin mousseux catalan. Les rues se remplissent de groupes de jeunes, de musique et de voitures qui accueillent la nouvelle année à coups de klaxon.

Mais la fête ne s’arrête pas là. Les bars, pubs et discothèques du pays ouvrent toute la nuit pour le plaisir de la population. De nombreux hôtels et restaurants organisent aussi des soirées spéciales qui incluent le dîner, les raisins et de nombreuses animations.

Donc, si vous ne savez pas quoi faire pour le Nouvel An ou souhaitez le fêter différemment, n’hésitez plus !

Allez en Espagne !

Moan’Phisémy

Pour plus d’informations, voici quelques liens intéressants en français et en espagnol :

1) L’histoire du Nouvel An en Espagne (français)

2) Préparer son Nouvel An en Espagne (espagnol)

3) Se rendre à la Puerta del Sol (espagnol)

Célébration du Nouvel An à Madrid (en espagnol)

In the entire world, New Year’s Eve as well as New Year’s Day are the occasion for magnificent fireworks and grand parties. Each country, each city, has its own traditions. One of the key events for all the music lovers of the world takes place in Vienna: the New Year’s Concert, Neujahrskonzert in German. This concert is performed by the Vienna Philharmonic in the Golden Hall of the Musikverein, which is adorned with thousands of flowers from Sanremo.

The origins of the New Year’s Concert

Strangely enough, the first New Year’s Concert took place on New Year’s Eve 1939, one year and a half after the Anschluss and barely a few month after the beginning of World War II. An “extraordinary concert” was performed for the Red Cross project Kriegswinterhilfswerk, inaugurated by Adolphe Hitler in order to help wounded soldiers. During the rest of the war, a concert was performed each year on January 1st under the conduction of Clemens Krauss, who was later suspended by the Allies due to investigations. In 1947, he took back the helm of the Vienna Philharmonic. He remained conductor of the New Year’s Concert until his death in 1954. The New Year’s Concert was then completely cut off from its war origins and was led by fifteen different conductors, among which Willi Boskovsky, who conducted it for 25 years, and Lorin Maazel, who was the first American to lead the New Year’s Concert and who conducted it eleven times.

Which compositions are played during the New Year’s Concert ?

Although the programme changes every year, the musical works of the Strauss family (Johann I, Johann II, Eduard and Josef) always have the pride of place during the New Year’s Concert. However, the compositions of some musicians, mainly Austrians, have also been heard on January 1st within the walls of the Golden Hall.

It should be noted that two works – two encores – traditionally bring the concert to a close. The Blue Danube, certainly one of the most famous waltz, is always interrupted by a round of applause from the audience as soon as the first notes are played, allowing the conductor and his orchestra to wish the members of the audience a happy new year before resuming playing. In the end comes the characteristic drum roll heralding the last encore. Radetzky March, named after the Marshall Josef Radetzky, a war hero who enabled Franz Joseph I to ascend the throne, has a particular importance in the heart of the audience. Indeed, it is possible for the members of audience to take part in the execution of the musical work by clapping their hands in rhythm. The conductor leads then both the orchestra and the audience in a harmony and synchrony which you would swear they have been rehearsed for a long time, and yet…

The New Year’s Concert 2012

This year, the New Year’s Concert will, as usual, take place on December 30th, December 31st and January 1st. The Vienna Philharmonic will be conducted by Mariss Jansons. The Latvian conductor had already successfully taken on this prestigious role in 2006. New Year’s Concert 2012 will be broadcast in 72 countries on the five continents with about fifty million people watching. As a result, Austria will have an international exposure, legacy of the Habsburg empire’s greatness. Furthermore, the New Year’s Concert is so popular that people had to register in January 2011 in order to attend it.

In a few days, you will be able to register for one the three concerts of the Vienna Philharmonic: the Preview Performance, New Year’s Eve Concert and New Year’s Concert 2013. Please, note that this is only a registration and not a booking. The officials, in the interest of equity, have indeed decided to implement a drawing to designate the future members of the audience. Therefore, unless you know high-ranking people, you can only count on your lucky star to satisfy your love for music.

Links:

Official website of the New Year’s Concert

Register for the drawing

For more information on the Vienna Philharmonic

New Year’s Eve in Vienna

Dans le monde entier, le nouvel an est l’occasion de fêtes magnifiques et de feux d’artifice grandioses. Chaque pays, voire chaque ville, possède ses propres traditions. À Vienne, il en est une incontournable pour tous les mélomanes du monde : le Neujahrskonzert, le Concert du Nouvel An, donnée chaque année par l’Orchestre philharmonique de Vienne dans la Salle Dorée du Musikverein décorée pour l’occasion de dizaines de milliers de fleurs venues de Sanremo en Italie.

D’où vient le Concert du Nouvel An ?

Paradoxalement, le premier Concert du Nouvel An eut lieu en 1939, le soir de la Saint-Sylvestre. Alors que l’Anschluss avait eu lieu un an et demi auparavant et que la Seconde Guerre Mondiale faisait rage depuis quelques mois, un « concert exceptionnel » fut donné au profit de la Kriegswinterhilfswerk, projet de la Croix Rouge inauguré par Adolphe Hitler venant en aide aux soldats blessés. Pendant la guerre, il y eut également un concert célébrant chaque nouvelle année, sous la direction de Clemens Krauss, qui fut ensuite suspendu par les Alliés lors d’investigations. Il reprit la tête du Philharmonique de Vienne en 1947 jusqu’à sa mort. Par la suite complètement coupé de ses origines guerrières, le Concert du Nouvel An a connu quinze chefs d’orchestre différents, dont Willi Boskovsky, qui le dirigea pendant 25 ans, ou George Prêtre, premier (et seul) Français à avoir dirigé un Concert du Nouvel An, ce qu’il fit par deux fois en 2008 et 2010.

Que joue-t-on lors du Concert du Nouvel An ?

Même si le programme varie cependant d’une année sur l’autre, ce sont surtout les œuvres de la famille Strauss (Johann I, Johann II, Josef et Eduard) qui sont à l’honneur lors du Concert du Nouvel An. La musique de quelques musiciens, principalement autrichiens, a également pu être entendue le 1er janvier dans les murs du Musikverein.

Il est à noter que deux morceaux, deux bis, concluent traditionnellement le concert. Le Beau Danube bleu, sans aucun doute la plus célèbre des valses, est interrompu par les applaudissements du public dès que les premières notes résonnent dans la Salle Dorée, permettant ainsi au chef d’orchestre et aux musiciens de souhaiter la bonne année aux spectateurs avant de reprendre le morceau. Arrivent finalement le dernier rappel et son roulement de tambour caractéristique. La Marche de Radetzky, œuvre nommée en l’honneur du maréchal Josef Radetzky, héros de guerre qui permit à François-Joseph de monter sur le trône, a une importance toute particulière dans le cœur des spectateurs qui ont la possibilité de participer à l’exécution de cette œuvre en frappant des mains en rythme. Le chef d’orchestre dirige alors conjointement le public et les musiciens dans une harmonie et synchronie que l’on jurerait répétées de longue date, et pourtant…

 Et en 2012 ?

Cette année, le Concert du Nouvel An aura, comme toujours, lieu le 30 et le 31 décembre, ainsi que le 1er janvier. C’est Mariss Jansons qui dirigera l’Orchestre philharmonique de Vienne. Le chef d’orchestre letton avait déjà occupé avec succès cette prestigieuse position lors du Concert du Nouvel An de 2006. Celui de cette année sera retransmis dans 72 pays sur les cinq continents pour une audience estimée à cinquante millions de téléspectateurs, offrant à l’Autriche un rayonnement international, héritage de la grandeur de l’empire Habsbourg. En outre, le Concert du Nouvel An est si populaire dans le monde que, pour y assister, les spectateurs ont dû s’inscrire en janvier 2011.

Dans quelques jours, vous pourrez donc vous inscrire pour vous rendre à l’un des trois concerts identiques donnés par l’Orchestre philharmonique de Vienne : la Répétition Générale, le Concert de la Saint-Sylvestre et le Concert du Nouvel An 2013. Attention, il ne s’agit en aucun cas d’une réservation. En effet, les organisateurs, dans un souci d’équité, ont mis en place un système pour le moins original : un tirage au sort. Ainsi, à moins de posséder des relations haut placées, il faut donc vous en remettre à votre bonne étoile pour satisfaire votre mélomanie.

Liens :

Site officiel du concert du nouvel an

Participer au tirage au sort

En savoir plus sur l’orchestre philharmonique de Vienne

Vienne à la Saint Sylvestre

Which one of you ever thought that preparing for Christmas was a piece of cake? If you want to have a great time for Christmas, let me take you with me to Canada, also known as the country of Caribous. Come and discover how Christmas is celebrated there,  as a mix of different cultures: French, Irish, German or British…

In addition with the many choirs that are singing a little bit everywhere in the cities of this federal State, Christmas also comes with huge and splendid decorations for houses and Christmas trees, as well as a lot of gifts. Greeting cards are also shared. One tradition, specific to the Canadian culture is to offer and donate gifts. This tradition is full of value and meaning, on the one hand for the person which gives the gift, and on the other hand for the person receiving the gift. These gifts are often found in houses serving as decoration items.

Merry Christmas!

Canadian singles or even foreigners ones will be happy to spend Christmas in Northern Canada. The “Sink Tuck” festival is held there every Winter. While keeping the gifts tradition, various dance shows are organized all night long to celebrate Christmas and single ladies can meet single men. This tradition finds its origin in Ste-Catherine, who is the region’s patron saint.

In Nova Scotia for instance, Christmas is celebrated with songs. Gifts such as “belsnickels” (little chaps, often farmers) are offered and mummers go up and down the region in order to offer candies to children and sing songs more than 200 years-old.

In Montreal, Christmas is marked by Santa Claus parade in malls. Before going home to a yummy meal and family, children can first admire Santa Claus in his tank.

To conclude, Christmas is really worth experiencing in Canada, for those who celebrate the religious holiday as well as those who just want to spend some time sharing unforgettable moments with family.

Moan’Phisémy

Canadian traditions

Newfoundland Mummers

A Blog about Christmas in Canada

Qui a dit que les festivités de Noël étaient de tout repos ? Pour un Noël pas comme les autres, je vous emmène au pays des caribous, le Canada. Laissez-vous tenter par des célébrations de Noël qui bien que très proches des traditions françaises, sont également le mélange de plusieurs autres traditions étrangères (Irlande, Angleterre, Allemagne, etc.).

En plus des belles chorales qui s’entendent un peu partout dans les villes de cet Etat fédéral, Noël c’est aussi de belles décorations de maisons, de sapins et le partage des cadeaux. L’envoi de cartes de vœux est aussi l’un des rites empruntés aux autres cultures. Cependant, la tradition propre à la culture canadienne est le fait de s’échanger des cadeaux et de faire des dons pour Noël. Cette tradition est remplie de valeur et de sens autant pour la personne qui donne, que pour celle qui reçoit les cadeaux. Les cadeaux représentent en effet un symbole et témoignent de la joie et de l’amour des personnes qui vous font ce cadeau. Souvent de nombreux objets en décorations dans les maisons canadiennes sont d’anciens cadeaux de Noël.

Les célibataires canadiens ou étrangers seront heureux de passer Noël dans la région du Grand Nord canadien. Chaque hiver s’y déroule le festival « Sink Tuck ». Bien que la tradition de s’échanger des cadeaux reste, l’originalité des fêtes réside dans les nombreuses danses qui égaient la nuit jusqu’au petit matin. Des femmes célibataires peuvent  rencontrer des hommes célibataires. Cette coutume est conservée en l’honneur de Ste Catherine, sainte-patronne des femmes célibataires dans la région.

En Nouvelle-Ecosse par exemple, Noël est célébré en chantant, coutume héritée de la Grande-Bretagne. On y offre des cadeaux comme les « belsnickels » ou encore les « mummers » vous proposent pendant les fêtes de vous faire découvrir des chants datant de plus de 200 ans. Pour votre gouverne, les belsnickels sont à l’origine de petites figurines qui représentent des fermiers  et les mummers sont des mimes qui le jour de Noël portent un déguisement et sillonnent la région pour offrir des bonbons aux enfants.

Enfin, à Montréal, qui n’est pas moins attractive bien que plus connue, Noël est surtout marqué par la parade du Père Noël dans les centres commerciaux. Avant de retrouver leurs familles pour un repas convivial, les enfants peuvent d’abord aller admirer le char où le Père Noël se déplace.

Pour conclure, Noel au Canada est vraiment un moment à vivre, que l’on célèbre la fête religieuse ou que l’on souhaite simplement passer un bon moment de partage en famille.

Moan’Phisémy

Traditions canadiennes

Vidéo des mummers

Blog sur Noël au Canada


décembre 2011
L M M J V S D
« Nov   Jan »
 1234
567891011
12131415161718
19202122232425
262728293031  
Publicités